Visite guidée

Amis des Grottes

Ateliers Préhistoire

Sur le sentier de la Préhistoire

Le parcours

 

Sur le sentier de la Préhistoire

Aménagement du site de Périgné et mise en valeur des grottes du Chaffaud sur la commune de Savigné.

 

1-    Présentation.

 

La commune de Savigné dispose, grâce à des acquisitions de terrains lors du remembrement, dans les années 1980 et plus récemment grâce à l’achat du terrain Cubertafond-Cramouzeau, d’un espace d’une douzaine d’hectares sur lequel se trouvent les grottes du Chaffaud.

Les grottes en elles-même ne présentent plus d’intérêt pour les fouilles archéologique : les dernières fouilles ont été opérées par Monsieur Jean Airvaux en 1985.

 

Il n'aurait pas été  judicieux, selon eux, de faire de ce lieu un parc avec attractions diverses en lien avec la préhistoire, d’une part cela aurait été très coûteux en fonctionnement, d’autre part cela aurait dénaturé le site. Mieux valait l’aménager pour favoriser la libre circulation des visiteurs d’une grotte à l’autre, dans le coteau et le long de la Charente. Pour ce faire, des travaux d'aménagement des lieux, avec débroussaillage et mise  en place d'un sentier praticable pour les touristes ont été effectués sous la responsabilité de la Communauté de Communes du Civraisien.

Aujourd'hui, grâce aux efforts conjoints de la commune de Savigné et de la Communauté de Communes, "Le Sentier de la Préhistoire" est opérationnel.

·          « Le relais de pays civraisien » (ou une extension future) serait l’endroit le mieux adapté pour recevoir des panneaux et des vitrines présentant des moulages des objets découverts dans les grottes, avec, pourquoi pas, une animation vidéo sur la préhistoire. (Il appartiendra à la Communauté de Communes du Civraisien de favoriser cette réalisation.)

2-    Les grottes du Chaffaud : historique des fouilles.

Les grottes du Chaffaud sont découvertes dès 1834 par André Brouillet (1826-1901), notaire à Charroux.

C'est entre cette date et 1845, certainement en 1837, qu'il découvrit le célèbre os de renne gravé de deux cervidés (probablement deux biches).

1851, M. Brouillet confie cette pièce à M. Joly- Leterme qui va le transmettre au Musée de Cluny où il est enregistré (par erreur?) comme don de M. Joly- Leterme.

1853, Prosper Mérimée en visite dans la région en tant qu'inspecteur des monuments historiques, en fait une reproduction dessinée adressée à un expert étranger, M. Worssaae qui la publie au Congrès International d'Anthropologie de Copenhague en 1869 et attire l'attention sur cet objet. Les avis sont partagés: certains ont pensé que c'était la première pièce de l'Art Primitif, d'autre n'y ont accordé aucune importance.

Amédée Brouillet, fils d'André, continue les fouilles, aidé de M. Meillet. Ce dernier publie les résultats: Epoques antédiluvienne et celtique du Poitou mais cette parution est entachée de la supercherie de son auteur puisqu'il avait inclus plusieurs dessins de pièces issues de son imagination.  M. Brouillet, lui de bonne foi, publie ses résultats sous le titre Epoque antéhistorique.

1864, Gaillard de la Dionnerie acquiert les droits de fouilles exclusifs et cette fois explore « scientifiquement » le site. Deux ans après une mutation l'oblige à interrompre ses travaux. Il offrit alors ses droits de fouilles à la Société des Antiquaires de l'Ouest qui chargea Le Touze de Longuemar de poursuivre les recherches.

 

1886, M. de la Dionnerie nomme M. Saint Pons comme responsable des recherches puis offre ses droits de fouille aux Antiquaires de l'Ouest qui nomment M. de Longuemar qui sera responsable du site du 26 novembre au 9 décembre 1886.

Les découvertes seront partagées entre la Société des Antiquaires de l'Ouest

et la ville de Poitiers, puis rassemblés au Musée des Grandes Ecoles de Poitiers.

1882, M. Chauvet restitue à M. Brouillet la découverte de l'os gravé.

1887, l'os est transféré du Musée de Cluny au Musée de la Préhistoire de Saint Germain-en-Laye où il est toujours conservé.

 

1926, grâce aux dons de MM. Chauvet, Monthubert, Cabaille, Morichaud, Bourderaud, Bailly, Poitevin, Surreaux, Bergenneau, Faisy, Montagne, on a fondé le Musée de la Préhistoire de Civray mais qui se révèle être une simple salle ouverte à tout vent, où les pièces sont entassées dans des caisses et à la merci des pillage des enfants ou d'amateurs malhonnêtes.

1971, un nouveau musée est crée à Civray, sous l'impulsion de M. Chambort et il est le premier a dresser un inventaire de toutes les découvertes issues des grottes du Chaffaud. Cette fois les pièces sont mises en valeur et protégées dans des vitrines prévues à cet effet.

De plus, le musée de Saint Germain-en-Laye a fourni un moulage de l'os gravé, qui est l'objet le plus prestigieux de la collection qui comprend aussi des bifaces, des grattoirs, des pointes de flèches et de javelots...

1985, on reprend les fouilles sous la direction de Jean Airvaux et les pièces issues de ces fouilles sont encore à l'étude.

 

3-    Présentation des grottes du Chaffaud : des découvertes capitales

Les grottes se situent dans la vallée de la Charente, tout au bord de la rive droite du fleuve et se sont formées au fil du temps dans un bloc de calcaire.

Elles sont au nombre de cinq: la grotte des Pins, la plus proche de Civray, puis en remontant le fleuve, la grotte du Puits, deux grottes qui communiquent entre elles et enfin la grotte de la Fontaine ou grotte de l'âne.

C'est dans la grotte du Puits, la plus vaste de toutes, que l'on a fait les découvertes les plus intéressantes. Son ouverture est large de 8 m, sa voûte soutenue par 5 piliers ronds culmine à plus de 5 m. Cette dernière va en diminuant de hauteur et à gauche, cinq couloirs ornés de stalactites et de stalagmites, s'enfoncent dans la falaise. Une cheminée naturelle traverse le plafond et débouche dans les bois. De plus la chaleur y est constante grâce à l'entrée qui s'ouvre vers le midi et à sa position abritée des vents froids du nord.

L'élévation de la rivière est de 20 mètres, ce qui mettait à l'abri des inondations.

L’entrée de la grotte du Puits et la Charente en contrebas.

Lorsque André Brouillet a découvert l'os de renne gravé de deux cervidés (probablement des rennes dépourvus de leurs bois) les savants de l'époque doutaient de son ancienneté: l'objet a d'abord été attribué aux celtes et aux gaulois... C'est un peu plus tard que les savants reconnurent qu'il s'agissait d'une découverte capitale puisqu'elle était la première preuve mondiale d'un art préhistorique, preuve que les hommes du Magdalénien  ayant vécu aux côtés d'animaux disparus  étaient des artistes... Les grottes de Lascaux ne seront découvertes qu'en 1940 ...

Il s'agit donc d'un os de renne portant finement gravés deux cervidés qui se suivent. On peut remarquer sous leur tête une série de traits qui ne sont pas sans rappeler la forme d'un poisson.

La découverte d’une autre pièce de valeur, aujourd’hui malheureusement disparue, va de nouveau éclairer un pan de la Préhistoire et plus précisément de la vie des chasseurs de l’époque paléolithique. Cette pièce plate fut trouvée , le côté gravé vers le bas, sous le bord d’une table (plaque de pierre plane) qui fermait l’entrée d’une galerie.

 

1-    « Sur le sentier de la Préhistoire ». (espace découverte de la Préhistoire.)

Les grottes du Chaffaud éveillent un passé très lointain et, pour beaucoup, elles ne sont que les grottes où nos lointains ancêtres ont vécu… Peu nombreux sont ceux qui peuvent dire l’importance qu’elles ont eue et ce qu’elles ont apporté à l’histoire de l’homme et à la Préhistoire en particulier.

L’ambition de ce parcours : tout en préservant les qualités naturelles du site, faire effectuer un étonnant voyage dans un passé très reculé, plonger dans les temps lointains de la Préhistoire.

Ce parcours est une invitation à la découverte d’un site archéologique doté d’un patrimoine naturel exceptionnel et propose aux visiteurs des informations illustrées sur le mode de vie de l’homme du Magdalénien.

Au travers d’un certain nombre de panneaux (8) on pourra découvrir l’environnement et la vie quotidienne des hommes qui habitaient les grottes du Chaffaud.

« Le sentier de la Préhistoire » démarre du relais de pays civraisien, actuel lieu d’exposition et de vente de produits locaux et fait un circuit reliant les différentes grottes. Les panneaux d’information réalisés en matière imputrescible  sont disposés le long du circuit.

Un premier panneau situé au départ du sentier permet de situer l’homme du magdalénien au sein de la préhistoire.

L’objectif à plus long terme serait d’accueillir au relais de pays civraisien  (dans une extension du bâtiment actuel) le musée de la Préhistoire situé actuellement au second étage de l’immeuble Darquier, siège de l’Office de tourisme de Civray.


Les partenaires associés à la réalisation du projet.

 

La commune de Savigné, à l’origine du projet, a demandé l’aide de la Communauté de communes du Civraisien pour la réalisation de cette opération qui concerne le pays civraisien dans son ensemble.

La Direction Régionale des Affaires Culturelles a été dès le départ associée à la réflexion sur l’aménagement futur du site. (cf  § 1 : Mme Fourteau et M Airvaux.)

Mademoiselle Cécile BAUDRY a effectué un gros travail documentaire pour la réalisation des panneaux d'information..

L'entrée du relais de pays

 

Ce dossier a été réalisé pour une grande part grâce aux recherches effectuées par Mle Cécile BAUDRY, chargée d’études à la Communauté de communes du Civraisien.

Retour page d'accueil